Électrophone

Trautonium, 1930

Un électrophone est un instrument de musique dans lequel le son est généré au moyen d'un circuit électrique ou d'un dispositif électromagnetique.

La catégorie n'a été ajoutée à la classification Hornbostel-Sachs de 1914 qu'après la révision du Galpin Society Journal en 1937.

Un instrument qui utilise l'électricité pour amplifier son son, mais pas le générer, n'est pas classé comme un instrument d'électrophone. L'un d'eux est la guitare électrique, qui dans le respect des critères d'évaluation des catégories d'origine, est classée dans les instruments à cordes.

Le son produit par les premiers instruments électrophones était basé sur l'amplification directe d'une forme d'onde générée par un oscillateur. Cette synthèse de génération s'appelle analogique. Bien que cette technologie soit destinée aux musées par le progrès, ces instruments sont encore assez répandus et, dans certains cas, même très recharchés sur le marché du vintage. Parmi ceux-ci on peut citer le minimoog.

Bien qu'ils n'utilisent pas d'oscillateurs électroniques, mais d'un système de génération électromécanique (tonewheel), l'orgue Hammond et le vibraphone peuvent être comptés parmi les électrophones.

La philosophie de la famille des instruments permet toutes les formes des instruments imaginables, dont l'exemple le plus déclinante est le theremin, dans lequel il n'y pas de contact physique avec le musicien.

L'extension des circuits intégres dans l'industrie des instruments de musique nous a permis d'imcorporer des dispositifs sophistiqués capable de reproduire un son enregistré numériquement, l'échantillonneur. C'est le moment où la syntèse numérique remplace l'analogique. Par conséquent, les synthétiseurs deviennent des machines capables de reproduire tous les instruments de musique et plus encore.

Copyright