1969

1969 est une année commune commençant un mercredi.

Afrique

Le Conseil national révolutionnaire, qui dirige le Soudan après le coup d’État de mai 1969.
Nasser reçoit Mouammar Kadhafi peu après sa prise de pouvoir.

Amérique

Asie et Pacifique

Les territoires contestés à la frontière sino-russe.
En Malaisie, la population de souche malaise proteste contre le partage des richesses – qu’elle juge défavorable à son endroit – et contre l’inégalité devant le travail, et dénonce la domination des Chinois et d’autres groupes ethniques sur différentes sphères de la société. Le gouvernement répond à cette contestation en introduisant en 1971 la Nouvelle Politique économique (NEP), grâce à laquelle il espère relever le niveau économique des Malais (Bumiputera, c’est-à-dire autochtones) et mettre un terme à l’association entre le statut social et l’origine ethnique. Il s’agit d’une véritable politique de discrimination positive en faveur des Malais, dont l’objectif est d’augmenter la part d’entreprises qu’ils détiennent. Bien que l’objectif pour 1990 n’ait pas été atteint, le niveau économique des Malais s’est néanmoins amélioré et les tensions ethniques existant dans le pays ont été maîtrisées[50].
22 janvier-18 mars : opération Dewey Canyon (en)[60].

Proche-Orient

  • 1er janvier : le Comité central du Fatah publie un programme en sept points qui donne sa définition d’un futur État palestinien indépendant et démocratique, dont tous les citoyens seraient égaux, quelle que soit leur religion[66].
  • 1er février : Yasser Arafat est nommé président de l’OLP lors du Ve CNP[67]. Sous son impulsion, l’OLP développe un ensemble de services civils (santé, enseignement, finances). Des pensions sont versées aux familles des martyrs. L’OLP se transforme en un véritable État, financé par la diaspora et les monarchies pétrolières du Golfe[68].
  • 16 février : « Dimanche ensanglanté » en Turquie. Des groupes d’extrême droite attaquent des manifestants de syndicats et d'associations de gauche. 150 personnes sont blessées.
  • 26 février : mort de Levi Eshkol d’une crise cardiaque[69]. Il est le troisième premier ministre de l’État d’Israël aux affaires depuis 1963.
  • 28 février : coup d’État militaire en Syrie. Hafez el-Assad, ministre de la Défense, après avoir placé ses proches aux postes clés de l’armée, entame une première procédure d’élimination de ses adversaires[70].
  • 3 mars : Nasser dénonce le cessez-le-feu signé avec Israël en et reprend les hostilités ; le 8 mars, il fait bombarder par son artillerie les positions de Tsahal sur le canal de Suez. Les combats s’intensifient en avril[71].
  • 11 mars : Golda Meir devient premier ministre d’Israël[69].
  • 11 avril : le Ba’th irakien annonce la création du Front de libération arabe (FLA)[72].
  • 19 avril : relance de la question de la revendication du Chatt-el-Arab par l’Iran et l’Irak. L’Iran dénonce le traité de 1937 et remet en cause les règles de navigation sur le fleuve. L’Irak répond en finançant l’opposition au régime de Téhéran. Les Kurdes d’Irak sont soutenus en retour par l’Iran[73].
Membres du Front populaire de libération de la Palestine, photographie publiée le 13 mai
24 décembre : affaire des « vedettes de Cherbourg ».
  • 9 décembre : plan Rogers. William P. Rogers, secrétaire d’État de Richard Nixon, présente un plan de paix en dix points : évacuation du Sinaï selon un calendrier déterminé par Israël et l’Égypte, instauration de la paix entre les deux pays, création de zones démilitarisées près des frontières[78]. Le 18 décembre, le représentant des États-Unis à l’ONU Charles Yost soumet un plan de règlement de la question cisjordanienne selon les mêmes principes. Le 22 décembre, le projet est refusé par Israël qui impulse une campagne d’opinion américaine contre le plan Rogers, qui perd l’appui de Nixon[80]. Sous l’influence de Kissinger, Nixon s’engage vers une politique de force contre l’Égypte, menée par Israël.
  • 24 décembre : affaire des « vedettes de Cherbourg », subtilisées par les Israéliens dans le port français pour échapper à l’embargo[81].

Europe

28 septembre : Willy Brandt, président du SPD, annonce l’intention de son parti de former le gouvernement avec le FDP.
Personnalités majeures décédées en 1969

Other Languages

Copyright