1986

1986 est une année commune commençant un mercredi.

11- 12 octobre : Gorbatchev et Reagan au sommet de Reykjavik

Afrique

24 mars : une corvette libyenne brûle dans le golfe de Syrte.
  • 21 août : un énorme volume de gaz CO2 s’échappe des eaux profondes du lac Nyos (Cameroun) et se déverse dans la vallée sur plus de 30 km tuant plus de 1 700 personnes et des centaines d’animaux[19].

Amérique

  • 7 février : en Haïti, le dictateur Jean-Claude Duvalier dit « Baby Doc » est contraint au départ. Une brève période de démocratie s’installe. Henri Namphy préside un « Conseil national de gouvernement » de cinq membres chargés d’assurer la transition démocratique (fin en 1988)[29].
  • 28 février, Brésil : José Sarney annonce le Plan Cruzado pour redresser l’économie en éliminant l’inflation. Une nouvelle monnaie, le cruzado, est créée, qui remplace le cruzeiro. Les prix des loyers sont gelés, les salaires et les taux de change sont stabilisés et les mécanismes d’indexation sont supprimés. Mais son application fait naître de nouveaux problèmes : la relance de la consommation fait augmenter les importations, donc l’inflation. Elle diminue dans un premier temps avant de rebondir à des niveaux supérieurs d’avant la réforme (elle atteint 1 000  % en 1989). Le Président allonge les délais d’exécution de son plan, ce qui entraîne son échec[30],[31].
  • 3 novembre : déclenchement de l’Iran-contragate par un article d’un magazine libanais. Reagan est accusé d’avoir autorisé secrètement des livraisons d’armes à l’Iran, d’abord dans l’espoir de nouer des liens avec les iraniens modérés, puis pour obtenir la libération d’otages américains détenus par des groupes libanais[38]. Les profits tirés de ces livraisons ont servi à financer une infrastructure paramilitaire privée mise au point par l’administration pour lui assurer une liberté maximale face au Congrès et en particulier subventionner les contras du Nicaragua en 1984-1985.
  • 15 novembre, Brésil : victoire du PMDB, allié au président José Sarney, aux élections[39].
  • 28 novembre : création d’un Fonds social d’urgence en Bolivie[40].
19 décembre : manifestation contre la loi du Point final.
  • 2 décembre : le général Ramón Camps (es), ancien chef de la police de la Province de Buenos Aires, est condamné à 25 ans de prison[41].
  • 5 décembre : Raúl Alfonsín déclare que le temps de la réconciliation entre civils et militaires est venu. Le gouvernement argentin, qui se débat dans les difficultés économiques, se montre soucieux de réduire le nombre de procès[33].
  • 24 décembre, Argentine : une loi fixe un délai de deux mois pour l’enregistrement des plaintes contre les exactions commises entre 1976 et 1983 (Ley de Punto Final)[42]. La loi a pour conséquence directe de contraindre la justice à se concentrer sur les cas les plus importants et à accélérer les procédures. Plus de 400 militaires et policiers sont inculpés de manière expéditive, ce qui provoque la fureur de l’armée.

Asie et Pacifique

Guerre du Liban : en 1986-1987, les affrontements entre milices rivales se multiplient : milices druzes contre Amal à Beyrouth, Amal contre Hezbollah dans les banlieues chiites. L’armée syrienne intervient de nouveau et s’installe à Beyrouth, avec l’accord du chef du gouvernement, Rachid Karamé, le [44]. Dans le réduit chrétien, s’affrontent les Forces libanaises de Samir Geagea, l’ armée libanaise du général Michel Aoun et les partisans d’ Amine Gemayel.
  • 15 janvier, guerre du Liban : affrontements entre milices chrétiennes à Beyrouth. Elie Hobeika est expulsé de la direction des Forces libanaises par Samir Geagea et Amine Gemayel ; Hobeika n’est sauvé que par l'intervention de l’armée libanaise du général Michel Aoun qui lui permet de se réfugier en Syrie[45].
  • 31 janvier : l’annonce d’une augmentation des prix pétroliers et alimentaires (blé et riz) en Inde soulève une tempête de protestation encouragée par le parti du Congrès lui-même. Le 5 février, le gouvernement annonce que l’augmentation du prix des produits pétroliers, prévue en moyenne de plus de 10 pour cent, doit être réduite de deux cinquièmes (sauf pour le carburant des avions). Des grèves organisées par les partis d’opposition contre l’augmentation des prix alimentaires ont eu lieu les 10 et 11 février à New Delhi, Calcutta et dans d’autres villes du Bengale-Occidental, ce qui entraîne l’arrestation et la détention de plus de 1 000 personnes[46].
  • 2 février : le BJP relance l’agitation hindouiste en Inde avec Ayodhya pour objectif. La tradition hindoue prétend que Rāma serait né dans cette ville sur le site d’une mosquée édifiée au XVIe siècle. Cette mosquée est fermée depuis 1950 par décision judiciaire pour empêcher les Hindous d’y pratiquer leurs rites. Le 2 février, les scellés sont levés[47].
  • 7 février : cédant à la pression des États-Unis, le dictateur Marcos organise une élection présidentielle anticipée, au cours de laquelle l’opposition est représentée par Corazón Aquino (dite Cory), la veuve de Benigno Aquino, Jr.. Marcos truque le vote et se déclare réélu, mais la population réagit en descendant dans la rue pour soutenir un mouvement de révolte lancée par une section de l’armée. Les militaires loyalistes refusent la confrontation avec la foule et certains membres du gouvernement affirment leur soutien à Cory Aquino (24 février)[48].
  • 11 février, guerre Iran-Irak : l’armée iranienne s’empare de Fao, puis décide de mener une grande offensive vers Bassorah[49]. En dépit de multiples attaques, la ville n’est pas prise et l’Iran renonce à ses ambitions militaires en 1987.
  • 19 février : la Jordanie renonce au dialogue avec l’OLP, ne pouvant amener celle-ci à abandonner publiquement toute action violente[50].
25 février : inauguration de Corazon Aquino.
  • 27 juillet, Thaïlande : le général Prem Tinsulanonda, après avoir dissous l’Assemblée nationale, organise de nouvelles élections. Son parti l’emporte mais, n’obtenant pas la majorité des voix, il doit reformer un gouvernement de coalition[56] le 5 août.
16 octobre : retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan.
  • 9-31 décembre, Chine : le spectacle de la corruption, des inégalités, du favoritisme et du clientélisme suscite le mécontentement dans les milieux étudiants. Des manifestations ont lieu à Shanghai et à Pépin[63].
  • 15-18 décembre : VIe Congrès du Parti communiste vietnamien[64]. Le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Van Linh lance le dôi mói, programme de réformes économiques visant à supprimer le système de planification centralisée et à encourager l’entreprise privée (ainsi que les investissements étrangers).
  • 17-19 décembre : incident au Kazakhstan ; à Almaty, alors Alma-Ata, la population kazakhe s’insurge contre la nomination d’un non-Kazakh comme premier secrétaire du parti communiste local. Les émeutes font une trentaine de morts[54].

Europe

Mário Soares pendant la campagne électorale.
  • 11 et 30 septembre : annonce de la libération des prisonniers politiques polonais[86].
Plutôt mourir debout que vivre à genoux ! (devise des squatters de Ryesgade).

Other Languages

Copyright