2020

L'année 2020 (« deux mille vingt ») est une année bissextile commençant un mercredi. C'est la 2020e année de notre ère, la 20e année du IIIe millénaire, du XXIe siècle et la première année de la décennie 2020-2029.

2020 est une date butoir pour plusieurs engagements internationaux dans le domaine du climat et de la biodiversité. Le 2 décembre 2019, à Rome, 2020 a aussi été proclamé Année internationale de la santé des végétaux (International Year of Plant Health, IYPH) par l'ONU pour sensibiliser le monde à la manière dont la protection phytosanitaire des cultures peut contribuer à éliminer la faim, à réduire la pauvreté, à protéger l’environnement et à impulser le développement économique[1],[2].

L'année commence avec une crise internationale causée par l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani par les forces armées américaines, suivie d'une pandémie de coronavirus originaire de Chine (premiers cas identifiés en décembre 2019 dans la ville de Wuhan), se répandant par la suite dans d'autres pays asiatiques, touchant particulièrement la Corée du Sud et l'Iran, puis la pandémie se répand de plus en plus jusqu'à atteindre des pays européens, américains, océaniques et africains. Après la mi-mars 2020, cette pandémie connaît un ralentissement en Chine mais une augmentation importante en Europe et plus particulièrement en Italie, en Espagne, en Belgique et en France, ainsi qu'aux États-Unis, en Amérique du Nord. Après la mi mai 2020, la pandémie connaît un ralentissement en Europe mais une augmentation importante en Amérique du Sud, plus particulièrement au Brésil, au Pérou et au Chili. À partir de la mi-octobre, la pandémie connaît une forte augmentation en Europe, plus particulièrement en France, en Espagne, en Belgique et en Italie, ainsi qu'aux États-Unis.

Par ailleurs, le début de l'année 2020 est également marqué par de puissants incendies en Australie. En août, la double explosion à Beyrouth a détruit une partie de la ville, mettant à genoux un pays déjà fragilisé par de multiples crises.

L'année 2020 du calendrier grégorien correspond aux dates suivantes d'autres calendriers :

2020 est l'année avec la température la plus élevée enregistrée depuis le début des relevés mondiaux, selon les études du programme Copernicus, avec une température moyenne supérieure de 1,25 °C à la moyenne de l'ère pré-industrielle[6]. 2020 est aussi chaude que 2016, l'année à la température la plus élevée enregistrée jusque-là, avec la différence que 2016 avait connu un épisode naturel d'El Niño exceptionnel qui avait également contribué à la montée des températures, ce qui n'est pas le cas de 2020[6]. En Arctique, les températures en 2020 ont dépassé de 6 °C la moyenne de référence[6]. En Europe, marquée par une vague de chaleur exceptionnelle, l'année 2020 a été largement la plus chaude, 0,4 °C au-dessus de 2019, et 1,6 °C au-dessus de la période de référence 1981-2010, soit plus de 2,2 °C au-dessus de la période pré-industrielle[6].

L'hiver météorologique 2019-2020, c'est-à-dire la période décembre 2019 à février 2020, est le plus chaud qu'ait connu l'Europe depuis le début des relevés de température, avec une température supérieure de 3,4 °C à la moyenne depuis le début des relevés[7]. Ce qui dépasse largement le record précédent, l'hiver météorologique 2015-2016, de 1,4 °C[7].

De janvier 2020 à mars 2020, L'Europe a connu son premier trimestre le plus chaud avec une anomalie de 3,2 °C par rapport à la moyenne du XXe siècle[8].

Sur la période de juin 2019 à septembre 2020 (16 mois consécutifs), la France a connu des mois plus chauds que la normale[9] et le pays a enregistré son début d'année le plus chaud jamais enregistré (janvier 2020 - juillet 2020) avec une anomalie de 1,68 °C par rapport aux normales de saison[9]. Des pics de chaleur de 35 °C à 40 °C sont souvent franchis de plus en plus en France chaque année, la barre symbolique des 40 °C était il y a seulement un demi siècle moins dépassée qu'aujourd'hui, les étés 2019 et 2020 ont vu un festival de 40 °C s'étendant sur une large partie du pays avec une extension jusqu'au nord du pays[10].

En France, 2020 est l'année la plus chaude jamais enregistrée devant 2018 et 2014. Cette année connaît une succession de mois chauds, seul octobre a été plus frais que sa moyenne mensuelle. Les mois de février, avril, août et novembre ont été particulièrement doux voire chauds. L'hiver 2019-2020 a été l'hiver plus doux jamais enregistré et le printemps 2020 est le second plus chaud. De plus deux vagues de chaleur exceptionnelles, parfois caniculaires, ont concernées la France, d'abord du 6 au 13 août, puis du 13 au 17 septembre. Pendant ces périodes de nombreux records de températures ont été battus[11].

Une étude publiée le 19 mai dans Nature Climate Change révèle que du 1er janvier au 30 avril, les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont diminué de -8,6%[12], dont une baisse de -7% pour le dioxyde de carbone[13], avec une baisse maximale des émissions mondiales de gaz à effet de serre de -17% le 7 avril[14].

L’année 2020 connait un nombre record de cyclones en raison du changement climatique[15].

Janvier

L'Australie est confrontée à de violents incendies depuis le mois d'août 2019, l'incendie a brûlé plus de dix-huit millions d'hectares, et plus d'un milliard d'animaux ont péri. Le 4 janvier, des records de température pour un mois de janvier ont été enregistrés notamment dans la banlieue de Sydney avec une température de 48,9 °C et de 42,9 °C à Canberra[16].

L'Alaska et le Canada sont confrontés à une vague de froid, le thermomètre a chuté jusqu'à −50 °C en Alaska et jusqu'à −54 °C dans le territoire canadien de Yukon[17].

Le mois de janvier 2020 est le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré dans le monde[18].

Février

Le 1er février la capitale australienne (Canberra) a battu son record mensuel pour un mois de février qui est de 42,7 °C[19].

La France connaît début février une vague de douceur, la température dans le sud de la France était comprise entre 25 et 28 °C dont la valeur la plus haute a été relevée dans les Pyrénées-Atlantiques[20] et ce sont les premiers 25 °C relevés dans l'hexagone à cette époque de l'année[21].

Deux records de chaleur sont battus en Antarctique. Le 7 février, l'Antarctique argentine enregistre une température de 18,3 °C[22], ce qui représente le record de chaleur pour l'Antarctique continentale[23]. Et le 9 février la température dépasse pour la première fois les 20 °C, la température mesurée était de 20,75 °C[24] sur l'Île Seymour, ce qui constitue le record absolu pour l'Antarctique.

La Corse vit un hiver hors norme, du 10 au 11 février, la température n'est pas descendue au-dessous de 22 °C, la nuit du 10 au 11 février a été tropicale car la température était de 21,9 °C ce qui est la nuit tropicale la plus précoce jamais enregistrée en France métropolitaine, un phénomène comme ceci ne s'était jamais produit en hiver, ni même au printemps (mars-avril-mai). La dernière nuit tropicale la plus précoce est celle du 10 juin 2010 avec 20,6 °C de minimale. La ville de Bastia a battu son record de températures mensuelles trois fois durant le mois et s'est établi à 25,6 °C le 11 février et le même jour la ville d'Alistro a battu son record de température absolu qui est de 27,8 °C, ces températures sont en général mesurées en juin ou septembre. La Corse a également subi plusieurs tempêtes en février, notamment les tempêtes Hervé et Ciara. Un incendie ravage l'île en plein hiver, dont 5 000 hectares de maquis et de pins maritimes ont brûlé[25].

En Europe, le mois de février 2020 est le deuxième mois de février le plus chaud connu, avec une température supérieure de 3,9 °C à la moyenne des mois de février depuis le début des relevés de température[7] (le mois de février le plus chaud connu étant février 1990 avec une température supérieure de 4,5 °C à la moyenne[7]). En France, le mois de février 2020 est supérieur de 3,6 °C à la moyenne, ce qui en fait le deuxième mois de février le plus chaud connu en France[7] (derrière encore février 1990 où la température était supérieure de 4,4 °C[7]).

L'Arabie saoudite a subi pendant deux jours une vague de froid intense avec des températures négatives la nuit allant jusqu'à −5 °C, le pays est pourtant réputé pour ses vagues de chaleur estivales. Il a neigé à Bagdad, la ville n'avait pas connu un tel phénomène depuis 12 ans et c'est la deuxième fois en plus d'un siècle[26].

La tempête Dennis a eu des conséquences en Europe, il y a eu plus d'un mois de pluie au Pays-de-Galles et des températures printanières ont également eu lieu jusqu'en Russie ; en Allemagne des records mensuels de températures ont été battus, il a fait jusqu'à 19,4 °C à Worms et 18,1 °C à Hambourg le 16 février. En France la journée du 16 février a été particulièrement douce dans le sud-ouest, une température de 28,3 °C a été relevée à Oloron-Sainte-Marie ce qui est un record mensuel pour la ville, à Strasbourg on a relevé 20,4 °C et à Paris 18,2 °C[27].

Entre le 1er janvier et le 25 février 2020, une très forte baisse de la pollution atmosphérique est constatée en Chine, notamment une forte chute du dioxyde d'azote ainsi que du dioxyde de carbone, en raison de la diminution de l'activité industrielle provoquée par l'épidémie de Covid-19[28].

Mars

Avec la baisse de la consommation d'énergie par les industries, et la diminution des émissions liées aux transports, provoquées par la pandémie de maladie à Covid-19 une baisse des teneur de dioxyde d'azote et de dioxyde de carbone sont également observées en Italie du Nord entre le 7 février et le 8 mars sur le même modèle que ce qui avait été observé en Chine en janvier-février[29]. De plus, à la mi-mars, le même phénomène de diminution de la pollution atmosphérique semblait se répéter dans plusieurs zones de l'Europe[30]. Le 26 mars, l'Agence spatiale européenne confirme qu'elle a observé du 14 au 25 mars une diminution de la pollution de l'air, notamment du dioxyde d'azote, en Europe, notamment en Italie, en France et en Espagne, y compris dans des villes d'ordinaire très polluées comme Madrid, Paris ou Rome[31]. La coïncidence de la chute de la pollution et des débuts des confinements dans ces pays indiquent une corrélation directe[31]. Dans le cas de l'Italie, la chute du tourisme a également fait diminuer la pollution de l'eau provoquée par les bateaux à Venise, et donc d'assainir les canaux et d'y permettre un retour de la faune aquatique[32].

Le mois de mars 2020 est le deuxième mois de mars le plus chaud jamais enregistré dans le monde[33].

Avril

Début avril, la France a connu une vague de chaleur précoce et plus particulièrement dans le nord où des records de températures ont été battus. Le 9 avril, il a fait jusqu'à 27 °C à Paris[34]. Selon les données de Copernicus, le mois d'avril 2020 est le deuxième mois d'avril le plus chaud recensé, dépassant à cette place le mois d'avril 2019 de 0,08 °C, et n'étant derrière le mois d'avril le plus chaud, celui d'avril 2016, que de 0,01 °C[35].

Le 16 avril, l'Agence spatiale européenne publie des cartes confirmant une baisse de la teneur de dioxyde d'azote dans l'air des grandes villes d'Europe entre le 13 mars et le 13 avril, grâce à la baisse d'activité industrielle et des transports provoquée par la pandémie de Covid-19, dont -47% à Milan, -48% à Madrid, -49% à Rome et -54% à Paris[36]. De plus, à Athènes (capitale de la Grèce), et au-delà de l'Europe à New Delhi (capitale de l'Inde), le smog diminue énormément de manière visible à l’œil nu[37]. Dans une étude publiée le 30 avril, le Centre de recherche sur l'énergie et l'air propre estime que l'amélioration de la qualité de l'air grâce au confinement a permis d'éviter en Europe 11 300 décès liés à la pollution[38]. Le 7 avril, les émissions mondiales de gaz à effet de serre connaissent une baisse maximale de -17%[14].

Sans lien avec la pandémie, une série d'incendies de forêt se déclarent dans la zone d'exclusion de Tchernobyl, ce qui entraîne un taux de radioactivité 16 fois supérieur à la normale dans cette zone. Entre les fumées dégagées par ces incendies, d'autres émises par l’incinération massive des herbes sèches par des villageois (pratique très répandue en Ukraine) et une tempête de sable qui frappe la capitale ukrainienne le 16 avril, le 17, Kiev devient temporairement la ville la plus polluée au monde[39].

Mai

Du 4 mai au 23 juin 2020, l'association Ocean Voyages Institute mène une expédition dans le continent de plastique, et y récupère 103 tonnes de déchets plastiques et les ramène à Hawaï pour recyclage, ce qui bat très largement le précédent record de repêche de déchets plastiques qui était de 48 tonnes (également détenu par l'association)[40].

Début mai, la France a connu une vague de chaleur précoce, les températures étaient entre 25 et 35 °C, plus particulièrement dans le sud-ouest où les températures dépassèrent les 30 °C et il a fait jusqu'à 35,4 °C à Cambo-les-Bains. La barre des 35 °C la plus précoce en France[41].

Mi-Mai, une canicule concerne le Sud-Est de l'Europe et le Proche-Orient, des records de températures sont battus en Turquie où il a fait jusqu'à 44,5 °C à Tire, en Grèce il a fait jusqu'à 41,8 °C à Plora, à Chypre il a fait jusqu'à 43,5 °C à Morphou et en Italie il a fait jusqu'à 39,9 °C à Palerme, il n'avait jamais fait aussi chaud au mois de mai dans ces pays[42] ; et en Israël et Jordanie le thermomètre a grimpé jusqu’à 47 °C[43].

Fin mai, une canicule concerne le Québec pendant quatre jours, il a fait jusqu’à 36,6°C[44].

Le mois de mai 2020 est le mois de mai le plus chaud jamais enregistré dans le monde[45].

Juin

Mi-juin, un épisode cévenol concerne la France (Massif central et les Cévennes), c'est un épisode exceptionnel pour cette période de l'année car ce phénomène ce produit fréquemment en automne et hiver[46].

Le 20 juin, 38,0 °C a été enregistré en Sibérie, soit une température 17 °C au-dessus des normales de saison, c'est la température tous mois confondus jamais mesurée au delà du cercle polaire[47]. La température y est supérieure de 10 °C à la moyenne des mois de juin normaux, avec également un pic de 37 °C en Extrême-Orient russe[48]. Ces températures déclenchent des incendies plus nombreux et plus intenses que d'habitude en Sibérie, en Alaska et au Yukon, qui dégagent 59 mégatonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère (contre 53 mégatonnes contre les incendies dans l'Arctique de 2019 qui étaient déjà exceptionnellement intenses)[48]. Selon une étude du World Weather Attribution publiée le 15 juillet, il n'y a quasiment aucune chance que les températures en Sibérie aient été supérieures de +5°C par rapport à la normale et qu'une canicule aussi exceptionnelle ait pu se produire sans le dérèglement climatique provoqué par l'activité humaine - c'est-à-dire que les chances auraient été 600 fois inférieures sans le réchauffement climatique[49].


Fin juin, la France enregistre son premier pic de chaleur de l'été, Paris enregistre son premier 35,0 °C de l'année et la température la plus élevée de cet épisode est de 36,4 °C à Saint-Maur-des-Fossés[50].

Fin juin dans les pays scandinaves, le thermomètre a grimpé au-delà des 30,0 °C, des records pour un mois de juin ont été battus[51].

Le mois de juin 2020 est le mois de juin le plus chaud jamais enregistré dans le monde à égalité avec juin 2019[52].

Juillet

Le 5 juillet en Inde, les autorités du Bihar annonce que la foudre a tué 147 personnes en 10 jours, soit plus que le bilan annuel des années précédentes alors que ce n'est que le début de la mousson, l'hypothèse d'un nombre d'éclairs et d'impacts plus intense à cause de la hausse de température et de l'humidité de l'atmosphère en conséquence du dérèglement climatique est privilégiée[53].

La France enregistre son mois de juillet le plus sec depuis 1959, et une canicule concerne le pays à la fin du mois[54], il a fait jusqu'à 41,9°C à la station Socoa (Ciboure)[55]

Août

Début août, une canicule concerne la France plus précisément les régions Ile-de-France et Hauts-de-France[56], 15 départements du nord de la France sont placés en vigilance rouge canicule par Météo-France c'est la 3e alerte vigilance rouge canicule, 1 an après les deux premières vigilances rouges canicules historiques de 2019[57].

Septembre

La Californie fait face à des incendies historiques, un ciel orangé apocalyptique à San Francisco suite aux incendies[58].

À la mi-septembre, une vague de chaleur tardive touche la France, le 14 et le 15 septembre beaucoup de records de températures pour un mois de septembre sont battus[59],[60].

Janvier 2020

Février 2020

Mars 2020

Avril 2020

Mai 2020

Juin 2020

Juillet 2020

Août 2020

Septembre 2020

Octobre 2020

Novembre 2020

Décembre 2020

Dates à préciser

Arts et culture

Fiction

  • Le dernier épisode de la deuxième saison de Dollhouse (Epitaph Two:Return) se déroule en 2020.
  • Le téléfilm 2020 : Le Jour de glace.
  • L'album de Benoît Dorémus sorti en 2010 se nomme 2020, du fait de la chanson Ne pas lire avant 2020 présente sur celui-là.
  • Le dernier épisode de la sixième saison de Glee se déroule en 2015 et 2020.
  • Dans le jeu vidéo Zoku: The Legend of Bishin (en), le mont Fuji entre en éruption et ravage Tokyo en 2020.

Science et technique

Sport

Prix Nobel

Les lauréats du Prix Nobel en 2020 sont :

Autres prix


Janvier

Février

Mars

Avril

Mai

Juin

Juillet

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

  •  :
  •  : Valéry Giscard d'Estaing, président de la République française de 1974 à 1981.
  •  : Robert Castel, comédien humoriste français.
  •  : Chuck Yeager, aviateur américain, premier homme à franchir le mur du son en 1947.
  •  : Alejandro Sabella, joueur de football et entraineur argentin.
  •  : Paolo Rossi, joueur de football italien, meilleur buteur et nommé meilleur joueur de la Coupe du monde 1982 remporté par l'Italie
  •  : John le Carré, romancier britannique.
  •  : Gérard Houllier, joueur de football et entraineur français.
  •  :
    • Coralie Delaume, essayiste, journaliste, conférencière et blogueuse française, spécialiste des questions de souveraineté et de démocratie, ainsi que des problématiques européennes.
    • Caroline Cellier, actrice française.
  •  : Carl Mann, chanteur, pianiste et guitariste de rock 'n' roll et country américain[202].
  •  :
  •  : Peter Lamont, chef décorateur et directeur artistique anglais.
  •  : Claude Brasseur, acteur français.
  •  : Rika Zaraï, chanteuse israélienne.
  •  : Ivry Gitlis, violoniste israélien.
  •  :
  •  :
  •  : Berck, dessinateur belge de bande dessinée comme Sammy.
  • Zouhaira salem .chanteuse Tunisienne
  •  : Armando Manzanero, musicien mexicain.
  •  :
    • Pierre Cardin, couturier et homme d'affaires français d'origine italienne.
    • Claude Bolling, compositeur et pianiste de jazz français.
  •  : Dawn Wells, actrice américaine.
  •  :
    • Olivier Royant, journaliste français, directeur de la rédaction de l'hebdomadaire Paris Match.
    • Robert Hossein, réalisateur, acteur, scénariste, dialoguiste et metteur en scène français.


Other Languages

Copyright