Cologne

Cologne
Köln
Cologne
De haut en bas, de gauche à droite : (1) musée de Rautenstrauch-Joest, (2) cathédrale de Cologne, (3) de nuit, cathédrale de Cologne et pont Hohenzollern, (4) les 3 Kranhäuser, (5) monument de Frédéric-Guillaume IV, (6) Deutsches Sport & Olympia Museum (gauche), musée du chocolat de Cologne (centre) et tour Malakoff (droite)
Blason de Cologne
Héraldique
Drapeau de Cologne
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie Rhénanie-du-Nord-Westphalie
District
(Regierungsbezirk)
Cologne
Arrondissement
(Landkreis)
Cologne (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
86
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Henriette Reker
Partis au pouvoir SPD et CDU (Pas de majorité)
Code postal de 50441 à 51149
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
05 3 15 000
Indicatif téléphonique +49-221
Immatriculation K
Démographie
Population 1 085 865 hab. (30 juin 2019[1])
Densité 2 680 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 56′ 33″ nord, 6° 57′ 32″ est
Altitude 52 m
Min. 37,5 m
Max. 118,04 m
Superficie 40 515 ha = 405,15 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Voir sur la carte topographique de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie
City locator 14.svg
Cologne
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Cologne
Liens
Site web www.stadt-koeln.de

Cologne
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Géographie
Localisation
Localisation de

Cologne (en allemand : Köln, en kölsch : Kölle) est une ville de l'Ouest de l'Allemagne, en Rhénanie-du-Nord–Westphalie.

Quatrième ville d'Allemagne par sa population, elle est une destination touristique connue pour sa cathédrale, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, son carnaval, ses nombreux musées, son eau de Cologne, mais elle est également le centre de la région métropolitaine Rhin-Ruhr, une des plus grandes aires urbaines du monde, et l'une des trois villes de la Région métropolitaine Cologne-Bonn avec Bonn et Leverkusen.

La ville de Cologne, outre son poids historique, culturel et artistique, est un pôle important de la chimie, de l'automobile, des médias, de l'événementiel et de la formation universitaire.

Situation et climat

L'espace urbain s'étend sur 405,16 km²[2] (230,25 km² sur la rive gauche du Rhin, 174,87 km² sur la rive droite). Seules les villes de Berlin et Hambourg et quatre villes de Saxe-Anhalt et de Brandebourg ont une plus grande zone urbaine en Allemagne.

La ville est située dans la baie de Cologne (de), un littoral en forme d'entonnoir façonné par le cours du fleuve entre les pentes du Bergisches Land et de l'Eifel après son passage par le massif schisteux rhénan, position protégée qui confère à l'agglomération un climat relativement doux. La ville se trouve dans une vaste zone de transition entre un climat océanique tempéré et un climat continental avec des hivers doux (moyenne de janvier : 2,4 °C) et des étés modérément chauds (moyenne de juillet : 18,3 °C). Les précipitations annuelles moyennes sont de 798 millimètres, ce qui correspond à la moyenne allemande.

Relevé météorologique de Cologne
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,7 −0,9 1,7 3,6 7,7 10,7 12,8 12,3 9,6 6,2 2,5 0,6 5,5
Température moyenne (°C) 2,2 2,8 6,1 8,9 13,3 16 18,2 18 14,6 10,4 5,7 3,4 10
Température maximale moyenne (°C) 5,2 6,6 10,5 12,7 14,2 19 21,3 23,7 23,7 14,6 9 6,2 14,5
Ensoleillement (h) 1,8 2,4 4,1 5,6 6,2 6,8 6,6 6,1 4,9 3,4 1,9 1,5 4,3
Précipitations (mm) 60,4 46,6 62,5 50,5 72,4 87,6 86 65,3 69,3 61,7 63,2 70,7 796,2
Nombre de jours avec précipitations 11,9 9,3 12,5 10,2 10,4 11,6 11,2 9,4 10,7 10,5 11,9 12,9 132,5

Population

Avec presque 1,087 million habitants en 2019[5], Cologne est la plus grande ville du Land, devant Düsseldorf et Dortmund, et la quatrième ville d'Allemagne par sa population, derrière Berlin, Hambourg et Munich[6].

Traversée par le Rhin, son agglomération de plus de deux millions d'habitants constitue le sud de l'aire métropolitaine Rhin-Ruhr, au cœur de la mégalopole européenne.

La ville est assez cosmopolite : en 2019, 19,4 % de sa population est de nationalité étrangère[7]. En 2009, environ 400 000 chrétiens et 120 000 musulmans vivent à Cologne[8]. Il y a aussi une importante minorité kurde.

Image panoramique
Vue depuis le Severinsbrücke, vers le nord.
Voir le fichier

Subdivisions

Cologne est subdivisée en neuf arrondissements municipaux (Stadtbezirke) numérotés de 1 à 9[9], et 86 quartiers (Stadtteile) :

  1. Innenstadt : Altstadt-Nord, Altstadt-Süd, Neustadt-Nord, Neustadt-Süd, Deutz
  2. Rodenkirchen : Bayenthal, Godorf, Hahnwald, Immendorf, Marienburg, Meschenich, Raderberg, Raderthal, Rodenkirchen, Rondorf, Sürth, Weiß, Zollstock
  3. Lindenthal : Braunsfeld, Junkersdorf, Klettenberg, Lindenthal, Lövenich, Müngersdorf, Sülz, Weiden, Widdersdorf
  4. Ehrenfeld : Bickendorf, Bocklemünd/Mengenich, Ehrenfeld (de), Neuehrenfeld, Ossendorf, Vogelsang
  5. Nippes : Bilderstöckchen, Longerich, Mauenheim, Niehl, Nippes, Riehl, Weidenpesch
  6. Chorweiler : Blumenberg, Chorweiler, Esch/Auweiler, Fühlingen, Heimersdorf, Lindweiler (de), Merkenich, Pesch, Roggendorf/Thenhoven, Seeberg, Volkhoven/Weiler, Worringen
  7. Porz (de) : Eil, Elsdorf, Ensen, Finkenberg, Gremberghoven, Grengel, Langel, Libur, Lind, Poll, Porz, Urbach, Wahn, Wahnheide, Westhoven, Zündorf
  8. Kalk : Brück, Höhenberg, Humboldt/Gremberg, Kalk, Merheim, Neubrück, Ostheim, Rath/Heumar, Vingst
  9. Mülheim (de) (anciennement Mülheim-am-Rhein) : Buchforst, Buchheim, Dellbrück, Dünnwald, Flittard, Höhenhaus, Holweide, Mülheim, Stammheim

Économie

De nombreuses entreprises siègent à Cologne, notamment dans :

Salles d'exposition de la Koelnmesse.
  • l'agroalimentaire, avec Intersnack ;
  • des dizaines de salons internationaux comme Gamescom et Photokina, dans des domaines multiples ont régulièrement lieu, notamment au parc des expositions de Cologne : sport, meubles, alimentaire, habillement, vétérinaires, dentistes, décoration, photo, communication, etc.[13] La société Koelnmesse est l'entreprise qui organise et gère environ les 80 salons, expositions et événements invités chaque année. Jusqu'à 2000 conférences et autres événements ont lieu chaque année, pendant et en dehors des foires commerciales, sur plusieurs sites d'exposition, dont ceux de Deutz et de Mühlheim.

Enseignement, formation et recherche

Bâtiment de l'Université à Lindenthal.
La Fachhochschule Köln sur le campus de Deutz.

L'université de Cologne, fondée au XIVe siècle, reste une des plus importantes d'Allemagne avec environ 48 000 étudiants[14].

Par ailleurs, la Technische Hochschule Köln, fondée en 1971, est la plus grande Fachhochschule (université des Sciences appliquées) d'Allemagne, avec 27 000 étudiants[15].

En 2018, Cologne compte 24 instituts universitaires et 4 grandes écoles d'enseignement supérieure (6 publics, 19 privés et 1 confessionnel) avec les spécialités les plus variées, dont 14 ont leur siège à Cologne[16]. Avec environ 100 000 étudiants, Cologne est avec Berlin, Munich und Hambourg l'une des quatre plus grandes villes universitaires d'Allemagne[17].

Les instituts de recherche ne sont pas en reste avec notamment :

Transports

Panorama du centre-ville, de gauche à droite : Vieille-ville, Kölner Philharmonie  (de), Museum Ludwig, Cathédrale, Pont Hohenzollern, Gare centrale de Cologne, Musical Dome  (en). En arrière-plan, la tour Colonius et la Kölnturm à MediaPark (août 2017).

Cologne est très bien desservie par les transports publics avec un réseau dense de métro léger.

Cologne possède plusieurs gares :

La connexion au réseau express régional S-Bahn est assurée par le réseau S-Bahn Rhin-Ruhr de la région métropolitaine.

Cologne est sur le réseau des trains Thalys qui relient la France, la Belgique, les Pays-Bas et le nord-ouest de l'Allemagne[18]. Par ailleurs, la ligne à grande vitesse Cologne - Rhin/Main, d'une longueur de 177 km, mise en service en 2002, permet de relier Cologne à Francfort-sur-le-Main.

Cologne possède un aéroport : l'aéroport Konrad-Adenauer de Cologne/Bonn, situé à 12 km de Cologne et à 16 km de Bonn. C'est le hub des compagnies UPS et FedEx. Il dessert 115 destination dans 35 pays[19].

La ville de Cologne possède un boulevard périphérique (en). Celui-ci a été construit au cours de la fin du XIXe siècle et au début du XXe, il est aujourd'hui encore complété et élargi. Son développement est issu des travaux d'architectes urbains tels que Karl Henrici (de), Josef Stübben et Fritz Schumacher.

Pont roulant de la gare Köln Eifeltor.

Traversée par le Rhin, la ville est un lieu de passage historique de la navigation fluviale en Rhénanie. Les ports intérieurs de Cologne (de) sont le second ensemble portuaire intérieur d'Allemagne[20] avec un trafic de marchandises de 12,8 millions de tonnes en 2015[21].

La gare de marchandises de Köln Eifeltor (de) située sur la rive gauche du Rhin est le plus grand site d'Allemagne dédié au transport combiné.

Cologne et le Rhin

Pegel Köln, la station limnimétrique de Cologne. L'horloge limnimétrique indique la hauteur d'eau, la grande aiguille est pour les mètres, la petite pour les décimètres. Ici, 2,10 m.

Cologne a été touchée à plusieurs reprises par des inondations. En temps normal, la hauteur d'eau du Rhin est de 3,48 mètres[22] et le débit normal du fleuve est en moyenne de 2000 m³/s. Mais celui-ci varie avec le niveau des eaux, et peut aller de 690 m³/s (niveau de 0,81 m en 2003) à 10.800 m³/s (niveau de 10,69 m en 1995)[23]. La plus grave inondation enregistrée a eu lieu en février 1784, lors d'une élévation des températures après l'hiver long et froid de 1783-84. Le Rhin était gelé, et la fonte des neiges et des glaces ont entraîné un niveau record de 13,55 mètres. Les inondations et les lourds blocs de glace dérivants ont dévasté les berges et tous les navires. En plaine inondable, les bâtiments et les fortifications ont été détruits, et il y eut 65 morts. Les masses d'eau et de glace ont complètement détruit la ville de Mülheim am Rhein.

Au XXe siècle, les inondations de 1926, 1993 et 1995 ont atteint des niveaux d'eau jusqu'à 10,69 mètres. Depuis 2005, on utilise des murs de protection fixes ou mobiles pour protéger la ville jusqu'à un niveau d'eau de 11,90 mètres. Le Rhin a eu plusieurs fois de basses eaux : le 20 septembre 2003 au matin, le niveau du Rhin est tombé à 0,8 mètre, battant le record de 1947. Record à nouveau battu en octobre 2018, où le niveau de l'eau n'était que de 0,67 m le 23 octobre. Cependant, le niveau de 0 mètre signifie que le chenal de 150 mètres de large au milieu du fleuve a encore un mètre de profondeur. La navigation intérieure a dû accepter des restrictions mais n'a pas été complètement interrompue, comme sur l'Elbe.

Cologne dispose de cinq ponts sur le Rhin :

Fondation et période antique

Cologne romaine au temps de Constantin

Cologne est la plus ancienne des grandes villes allemandes. Les Sicambres ont habité dans la région de Cologne, avant la colonisation par l'empire romain qui y installe un camp en 38 av. J.-C.. Les romains en firent la capitale de la province de Germanie inférieure,

Vestiges antiques, près de la cathédrale : portique latéral d'une porte romaine de la ville.

La ville doit son nom de Cologne à l’impératrice romaine Agrippine, épouse de l'empereur Claude, qui éleva son lieu de naissance au rang de colonie en l’an 50, sous le nom de Colonia Claudia Ara Agrippinensium. Les Romains y tenaient une garnison et des voies romaines convergeaient vers un pont de bateaux sur lequel transitait un important commerce avec toutes les régions de la Germanie. Le nom Köln a varié au fil du temps, sous les formes Coelln, Colne, Collen, Coellne ou Coellen, avec parfois un k ; jusqu'en 1919, son nom officiel est Cöln[9].

En raison de son importance stratégique sur le Limes rhénan et de la présence de l'armée — grande consommatrice de produits et de techniques — et de la clientèle germanique, l’endroit attira de nombreux marchands et devint un foyer d’artisanat et de commerce.

Des monnaies romaines découvertes suggèrent que l'approvisionnement en eau de la ville depuis les hauteurs les plus proches existait depuis environ 30 après JC[24]. Probablement vers 80 après JC, la ville est équipé d'un des plus longs aqueducs romains connus, l'aqueduc de l'Eifel[25].

Centre militaire, capitale de l'Empire des Gaules, la ville fut la résidence de l'empereur gaulois Posthumus de 260 à 268, et le lieu de l'usurpation éphémère de Silvanus en 355.

Les Romains introduisirent le christianisme à Cologne, qui devint siège épiscopal à partir du IVe siècle. La première mention d'un évêché est de 313.

La ville garde quelques vestiges de son passé romain :

En 508 à la mort de Clodéric, dernier roi franc de Cologne, Clovis lui succède et intègre la ville dans l'Austrasie.

Moyen Âge

Drapeau de l'Électorat de Cologne  Électorat de Cologne 953-1288
Cologne en 1499.
Le transept de la cathédrale de Cologne, vue nord depuis la gare.

Sa situation géographique favorable dans la vallée du Rhin en fait depuis le Moyen Âge un carrefour important en Europe.

En 785 la ville est transformée en archevêché après sa conquête par les Francs et reçoit les reliques des trois rois mages en 1164, amenés à Cologne depuis Milan. Ce transfert par l'archevêque Rainald von Dassel fait de la ville une destination importante pour les pèlerins. Pour accueillir les reliques, est fabriquée une châsse dorée et est construite la cathédrale qui couronne actuellement la ville ; elle fut commencée en 1248 et consacrée en septembre 1322.

Sous les Ottoniens, Cologne tient un rôle important en rapprochant le Saint-Empire de l'Empire byzantin, puisque l'impératrice Théophane, originaire de Grèce et épouse d'Otton II, y réside en tant qu'administratrice impériale. À partir du Xe siècle, des fondations sont initiées par des monastères et aboutissent à l'édification des églises romanes de Cologne. Puis, la ville devient un centre spirituel, sous l'impulsion d'archevêques politiquement influents : en effet, l'archevêque de Cologne est prince-électeur de l'Électorat de Cologne, fondé au milieu du Xe siècle.

Au haut Moyen Âge, Cologne est la plus grande ville de l'espace germanophone en Europe, avec environ 40 000 habitants[26], de sorte que ses fortifications sont agrandies à plusieurs reprises. De 1180 à 1250, l'enceinte de la ville (futur boulevard périphérique (en) de Cologne) est pourvue de douze châteaux-portes et 52 tours défensives[27], et la fortification du Rhin de 22 portes. Elle dépasse alors les dimensions de l'enceinte de Philippe Auguste à Paris. Les douze portes, sept énormes portes à deux tours, trois tours-portes et deux petites portes à deux tours, intégrées dans l'enceinte semi-circulaire de la ville, étaient destinées à évoquer la Jérusalem céleste[27].

Le 7 mai 1259, la ville reçoit le droit d'étape, un privilège d'entreposage qui permet d'intégrer à l'économie de la cité les marchandises passant par Cologne, que ce soit par voie fluviale ou par voie de terre : les marchands de passage doivent faire halte, décharger leurs marchandises et les proposer à la vente durant trois jours. Seuls les invendus peuvent ensuite suivre leur chemin[28].

Renaissance

Cologne en 1531, gravure d' Anton Woensam.
Cathédrale inachevée, vers 1665.
Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire ( Ville libre) 1288-1797

En 1288, après la bataille de Worringen, Cologne ne fait plus partie des territoires où s'exerce l'autorité temporelle de l'archevêque. et se proclame ville libre.

La chartreuse de Cologne est fondée en 1334. L'université de Cologne est fondée en 1388 par l'archevêque de Cologne. Elle est ainsi parmi les plus anciennes au monde et la ville devient un important centre culturel.

De tradition catholique, Cologne subit les 23 et 24 août 1349 le pogrom de la nuit de la Saint-Barthélémy (Bartholomäusnacht), le quartier juif est incendié et ses habitants massacrés pour la plupart[29].

L'archevêque de Cologne est l'un des sept princes-électeurs de l'Empereur du Saint-Empire romain germanique depuis la Bulle d'or promulguée en 1356 par Charles IV.

Archevêché, membre de la Ligue hanséatique, elle acquiert le statut de ville libre d'Empire en 1475.

À partir de 1500, la ville de Cologne fait partie du cercle impérial du Bas-Rhin-Westphalie, tandis que ses environs, soit l'Électorat de Cologne passent en 1512 au cercle électoral du Rhin.

En 1560, la construction de la cathédrale est interrompue, et au XVIe siècle, le siège de l'archevêché est disputé entre les partis catholiques et protestants, donnant lieu à une guerre de 1583 à 1588, dénommée guerre de Cologne.

La guerre de Trente ans qui, de 1618 à 1648, ravage une très grande partie des territoires allemands, laissent cependant la ville indemne. En partie parce que la ville a acheté sa tranquillité, à l'abri des sièges et des conquêtes, en payant en espèces aux troupes de passage. Cologne tire d'ailleurs parti économiquement de la guerre grâce à la production et au commerce des armes. Elle devient également le refuge de dirigeants catholiques qui tenteront, depuis Cologne, de reprendre les territoires perdus au profit de la Suède ou d'autres puissances protestantes. Enfin, des financiers de Cologne s'impliquent dans la guerre de Trente Ans en tant que grands créanciers des puissances catholiques.

Dans les années 1680, s'organise un mouvement de protestation contre le népotisme rampant, la fraude et la corruption du gouvernement de la ville. Le meneur est Nikolaus Gülich (de), (né le 30 octobre 1644, † 23 février 1686). Le peintre Johann Michael Hambach en est un disciple enthousiaste, et lorsque la rébellion est réprimée en 1686 par l'ancien gouvernement, Hambach est tenu pour responsable par le conseil municipal et l'empereur, d'être l'un des insurgés ("einer der Tumultuanten", Merlo 1895)[30].

Époque moderne

La république cisrhénane en 1797.
Drapeau de la République cisrhénane République cisrhénane ( Roer) 1797-1802

L'histoire de la ville impériale libre s'achève avec l'entrée des troupes révolutionnaires françaises le 6 octobre 1794 lors des guerres de Coalitions. La ville, qui a tenté de rester neutre, est cédée sans combat au commandant de l'aile gauche de l'armée du Rhin, Jean-Étienne Championnet[31]. Elle fait partie trois ans plus tard du département Roer lors de la création de celui-ci au sein de la République cisrhénane.

Drapeau de la France République française ( Roer) 1802-1804

La République cisrhénane est annexée en 1801 à la république française et le restera jusqu'à la chute du Premier Empire en 1814.

En 1803 est créée la Chambre de commerce et d'industrie de Cologne, la première en pays allemand, dans la foulée de la création des CCI sous l'ère napoléonienne. De cette période date aussi la numérotation des rues de la ville.

Drapeau de l'Empire français Empire français ( Roer) 1804-1815

En 1812, la ville reçoit le titre de « Bonne ville de l’Empire français ».

Durant vingt ans, Cologne reçoit l'influence réformatrice française et l'Université de Cologne est supprimée. Une nouvelle université de Cologne sera fondée en 1919 par la ville de Cologne et est aujourd'hui une des plus importantes d'Allemagne.

Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse ( Province de Juliers-Clèves-Berg) 1815-1822

En 1815, le congrès de Vienne place la ville sous domination prussienne qui devient le chef-lieu de la province de Juliers-Clèves-Berg.

Les Prussiens récupèrent en 1815 une ville à l'administration modernisée et à l'économie florissante : sous l'influence française, un système monétaire inextricable a été simplifié — le franc et le centime resteront utilisés jusqu'en 1848 —, les guildes supprimées, l'immigration des Juifs et des protestants autorisée, qui apportèrent une main d'œuvre qualifiée dans le textile, toutes mesures qui favorisent l'investissement dans les entreprises de la région[32]. La vente des biens du clergé, confisqués en 1802 (11 collégiales, 19 églises, 70 monastères, 150 couvents et chapelles) a également un impact économique ; la plupart des biens sont rachetés, non pas par des Juifs ou des protestants, mais par des bourgeois et des financiers de Cologne[32].

Cologne, l'arrivée d'un paquebot, soirée
William Turner, 1826
Frick Collection, New York.
Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse ( Province de Rhénanie) 1822-1918

En 1822, la ville devient chef-lieu de district de la province de Rhénanie.

Le peintre anglais William Turner voyage le long du Rhin en 1817 et à nouveau en 1826, année où il réalise le tableau Cologne, l'arrivée d'un paquebot: soirée, conservé à la Frick Collection à New York[33].

En 1842 la construction de la Cathédrale est reprise et la dernière pierre de la cathédrale est apportée à la tour sud, en présence de l'empereur Guillaume Ier, le . Victor Hugo l'évoque la même année dans ses lettres fictives de récit de voyage Le Rhin.

Entre 1855 et 1859 sont construits les ponts Dombrücke et Hohenzollernbrücke, puis la gare centrale.

Dès 1871, l'Empire allemand revoit profondément le système défensif de la ville. Des forts sont érigés en grand nombre en 1873 autour de l’agglomération par Hans Alexis von Biehler, ainsi que la forteresse de ceinture de Cologne.

XXe siècle

Drapeau de la république de Weimar République de Weimar 1918-1933

Cologne est occupée après la Première Guerre mondiale par les forces alliées durant les années 1920, notamment le British Army of the Rhine (« Armée britannique du Rhin »), comme toute la Rhénanie

En 1925 le constructeur automobile Ford commence à produire à Cologne, c'est aujourd'hui le plus grand employeur de Cologne.

Soirée du pays organisateur pendant le 25e congrès mondial d'espéranto, 1933.

En 1933, au début du Troisième Reich, la ville de Cologne accueille le 25e congrès mondial d'espéranto, langue dont l'objectif est la communication internationale.

Cologne en .
Drapeau de l'Allemagne nazie  Reich allemand 1933-1945

Durant la Seconde Guerre mondiale, le , les Alliés effectuent leur premier 1 000 Bombers' Raid sur la ville. C'est le début d'une offensive de trois ans sur les grandes villes allemandes. Selon le général Arthur Harris, il fallait briser le moral et le potentiel industriel de l'ennemi par des bombardements stratégiques massifs.

Cologne après les bombardements.
Drapeau de l'Allemagne occupée Allemagne occupée 1945-1949

Le la cité est prise par les Américains. La série de raids destructeurs sur Cologne laisseront en 1945 la ville dans un état de grande ruine. Après les 262 bombardements alliés entre 1940 et 1945, la ville a perdu 95 % de sa population. Elle ne redeviendra aussi nombreuse qu'avant guerre qu'en 1959.

En le quartier général du corps d'armée de la zone d'occupation belge y est installé. Il est devenu, en 1949, un "créneau" de l'OTAN.

Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1949-présent

À l'image de l'Allemagne de l'Ouest, la ville connaît progressivement un « miracle économique » (Wirtschaftswunder) et voit sa population s'accroître.

La cathédrale est restée debout, mais sa voûte est détruite. La ville est reconstruite à partir des années 1950, et de nombreux bâtiments sont restaurés à l'identique. En 1968 la première ligne de métro est prête.

De 1978 à 1979 lors des procès de Cologne, trois hauts responsables de la déportation juive de France, Kurt Lischka, Ernst Heinrichsohn et Herbert Hagen sont jugés pour crimes contre l'humanité et condamnés.

En 1981 est achevée la tour Colonius, une tour de télécommunications de 266 m de haut.

L'année 1985 est proclamée « année des églises romanes », une occasion particulière pour les douze basiliques romanes de Cologne construites entre le Xe et le XIIIe siècle[34].

En 1988 ouvre le Centre de documentation sur le nazisme, situé dans la EL-DE-Haus. Le conseil municipal avait décidé depuis 1979 d'en faire un lieu de mémoire dédié aux victimes du national-socialisme.

En 1998 ouvre le Lanxess Arena.

En 1999, Cologne accueille le sommet du G8 de 1999.

XXIe siècle

RheinEnergieStadion, Rheinauhafen, Ceinture Verte, Vieille-Ville Nord, Cathédrale de Cologne.

Cologne accueille aujourd'hui de nombreux sièges sociaux d'entreprises, ainsi que des évènements d'ampleur internationale dans la Koelnmesse, comme les salons Gamescom et Photokina.

Le pont Hohenzollern est le pont ferroviaire le plus fréquenté d'Allemagne. Enfin, l'urbanisme de Cologne est en pleine mutation et comporte deux nouveaux quartiers issus d'une opération de rénovation urbaine et destinés à accueillir des entreprises dans les nouvelles technologies : MediaPark et Rheinauhafen. Bâtiments à l'architecture notable, la Kölnturm est achevée en 2001, la Weltstadthaus (en) en 2005, et le Kölntriangle en 2006.

Plusieurs manisfestations internationales y sont organisées. En 2005 la ville est l'hôte des XXe Journées mondiales de la jeunesse 2005. En 2006, Cologne accueille plusieurs matchs de la Coupe du monde de football et en 2010 les Gay Games.

La ville est l'objet d'une attention des médias du monde entier après une vague d'agressions sexuelles collectives, de vols, de braquages et au moins deux cas de viol — tous dirigés contre des femmes — qui touchent principalement la ville rhénane durant les célébrations du Nouvel An le [35].

Élections communales de 2020

Résultats de l'élection du bourgmestre de Cologne [36]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Henriette Reker Indépendant 187 389 45,05 174 263 59,27
Andreas Kossiski Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 111 353 26,77 119 753 40,73
Jörg Detjen Die Linke 29 810 7,17
Olivier Fuchs Volt 18 520 4,45
Christer Cremer Alternative pour l'Allemagne (AfD) 17 441 4,19
Nicolin Gabrisch Amis du climat 14 370 3,45
Roberto Campione Indépendant 14 122 3,40
Autres candidats 22 298 5,52
Votes valides 415 933 98,66 294 016 99,08
Votes blancs et nuls 5 633 1,34 2 727 0,92
Total 421 566 100 296 743 100
Abstention 398 961 48,62 521 988 63,76
Inscrits / participation 820 527 51,38 818 731 36,24
Élection du conseil communal de Cologne [37] , [38]
Cologne2020.svg
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 118 997 28,52 en augmentation 9,00 26 en augmentation 8
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 90 040 21,58 en diminution 7,81 19 en diminution 7
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 89 659 21,49 en diminution 5,74 19 en diminution 6
Die Linke 27 044 6,48 en diminution 0,48 6 en stagnation
Parti libéral-démocrate (FDP) 21 965 5,26 en augmentation 0,17 5 en stagnation
Volt 20 783 4,98 Nv. 4 en augmentation 4
Alternative pour l'Allemagne (AfD) 18 272 4,38 en augmentation 0,78 4 en augmentation 1
Die PARTEI 10 261 2,46 en augmentation 2,32 2 en augmentation 2
Amis du climat 8 383 2,01 en augmentation 0,03 2 en stagnation
BON Cologne 8 298 1,99 Nv. 2 en augmentation 2
Électeurs libres Cologne (FWK) 2 501 0,60 en diminution 0,25 1 en stagnation
Parti écologiste-démocrate (ÖDP) 374 0,09 Nv. 0 en stagnation
Autres 650 0,16 - 0 en stagnation
Suffrages exprimés 417 227 98,91
Votes blancs et invalides 4 596 1,09
Total 421 823 100 - 90 en stagnation
Abstentions 398 703 48,59
Inscrits / participation 820 526 51,41

Langue

À côté de l'allemand, le kölsch est un dialecte parlé à Cologne et dans ses environs par environ 250 000 locuteurs. Cette langue fait partie de dialectes rhénans tirant leurs origines du francique ripuaire.

Carnaval de Cologne

Le carnaval de Cologne est presque aussi ancien que la ville. Qualifié de 5e saison[39], il est l'un des plus connus au monde[40]. Dans l'Antiquité, les Grecs et les Romains célébraient en l'honneur de Dionysos et Saturne de joyeuses fêtes de printemps, où abondaient le vin, les femmes et les chants. Les Germains, quant à eux, fêtaient le solstice d'hiver. Plus tard, les Chrétiens reprirent ces coutumes païennes. Le début du carême précédant Pâques était célébré par le carnaval - carne vale signifiant « au revoir à la viande ! ».

Le Rosenmontag (en) est le point culminant du carnaval allemand. Il a lieu le Lundi gras, avant le Mercredi des Cendres. Il est célébré dans plusieurs pays germanophones (Allemagne, Autriche, Suisse) et en Belgique, et plus particulièrement dans les villes de Rhénanie Cologne, Bonn, Düsseldorf, Aix-la-Chapelle et Mayence.

Au Moyen Âge, les réjouissances carnavalesques, toujours accompagnées de déguisements insolites, revêtaient souvent des formes exacerbées, au grand dam du Conseil et de l'Église de la ville. Interdictions et arrêtés étaient d'un piètre secours ; la fête se déroulait dans un tumulte et une ivresse sans bornes. Outre le carnaval traditionnel qu'organise le Comité des fêtes depuis 1823, il en existe un autre qui s'est développé dans les années 1980 et qui, entre-temps, est devenu traditionnel.

Le carnaval est aussi un moteur de l'activité économique de la ville : la fédération BDK estime que les dépenses des participants aux carnavals allemands pour 2010-2011 s'élèvent à 1,4 milliard d'euros à l'échelon national, dont 43% rien que pour les deux seuls carnavals de Cologne et Dusseldorf[39]. En 2008, le carnaval de Cologne crée 5 000 emplois et génère un chiffre d'affaires de 460 millions d'euros. 957 000 clients ont fréquenté les bistrots et restaurants pour un chiffre d'affaires de 48 millions d'euros[39].

Musée romain-germanique, tout proche de la cathédrale.

Musique classique

Gürzenich – Grande Salle

Le 3 mars 2009, le bâtiment des archives municipales (construit en 1971) s'est effondré, entraînant la mort de deux personnes et la disparition de documents, comme des manuscrits du Xe siècle, des exemplaires originaux de partitions de Jacques Offenbach et Richard Wagner, ainsi que des originaux de l'écrivain Heinrich Böll.

Cologne possède plusieurs orchestres de renom :

Le conservatoire de Cologne est la Hochschule für Musik und Tanz Köln, fondée en 1850.

Théâtre

Le théâtre de Cologne.

Ventes et galeries d'art

Institutions culturelles étrangères

Après la Seconde Guerre mondiale, Cologne est choisie pour accueillir un certain nombre d'instituts culturels étrangers. La British Council House de 1950 et la America House (1955-2007) ont depuis changé de fonction. L'Institut culturel italien, l'Institut français Köln, l'Institut culturel japonais (ja) ainsi que la Maison Belge, y sont toujours actifs.

Patrimoine religieux

La châsse des Rois mages, visible à la Cathédrale.

Ville touristique, elle dispose d'un important patrimoine religieux, dont :

La synagogue de la Roonstrasse (Synagoge Köln) et son musée juif retrace l'histoire très ancienne des juifs de la ville.

En 2007, la construction d'une mosquée de 2 000 places dans le quartier d'Ehrenfeld suscite de nombreuses polémiques[41].

Intérieur de Sankt Maria im Kapitol
Intérieur de Sankt Andreas
Intérieur de Sankt Georg

Cologne possède une remarquable série de douze grandes basiliques romanes de style rhénan, situées pour la plupart à l'extérieur de l'enceinte romaine (construite au Ier siècle ap. J.-C.), mais à l'intérieur de la plus grande enceinte médiévale (le Ring).

Dans le vocabulaire architectural, le terme basilique désigne une église sans transept. La basilique est la forme primitive et fondamentale du temple chrétien. À la différence de la basilique civile romaine, on y pénètre par le pignon (le petit côté).

Fortement endommagées par les bombardements aériens de la Seconde guerre mondiale[34], elles furent progressivement reconstruites et restaurées.

Musées

Bâtiments et sites notables

Synagogue de Cologne

Bibliothèques

Archives de la Danse de Cologne

La ville compte de nombreuses bibliothèques dédiées à divers champs du savoir :

Ainsi que plusieurs centres d'archives dont le Rheinisches Bildarchiv (de) conservant plus de 5 millions de photographies avec un accent mis sur l'art et l'architecture, les Archives historiques de la ville de Cologne (en), les Archives de la danse de Cologne (de)etc.

Spécialités

Une Kölsch, dans un verre type Kölschstange.
Moules à la rhénane.
Halver Hahn : Röggelchen  (en), oignon, moutarde, mimolette.
La Mutze, pâtisserie du carnaval et du réveillon, préparée à partir de farine, d'œufs, de sucre et d'arômes.
Beignet rhénan Krapfen

Une des spécialités de la ville est l'eau de Cologne (Kölnisch Wasser), créée au XVIIe siècle par Jean Marie Farina. La production et comercialisation de ce parfum s'est fortement développé au début du XVIIIe siècle et a dominé le marché de la parfumerie jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Une boisson renommée de Cologne est la « Kölsch »[42], une bière blonde assez légère servie dans des verres étroits de 20 cl, parfois 30 cl (Le mot Kölsch désigne aussi le dialecte de la ville). Boisson locale, elle bénéficie d'une indication géographique protégée[42]. Il en existe environ 25 marques, quelques-unes sont connues comme la Reissdorf, la Gaffel et la Früh Kölsch. La Kölsch est produite par des brasseries de tailles diverses, grandes brasseries produisant plusieurs marques, et petites brasseries à la production destinée à une clientèle fidèle[43]. En 2018, 1,8 million d'hectolitres ont été produits[43].

La gastronomie rhénane y est représentée par divers plats et pâtisseries. La présence d'ingrédients comme le hareng, les moules et les épices est liée à la position commerciale de Cologne, ville portuaire qui accueillait le fret maritime lointain. On mentionnera :

  • le Heringsstipp (de), un plat de harengs accompagnés de cornichons, pommes, herbes, crème et pommes de terre ;
  • les moules à la rhénane (de), cuisinées aux herbes, au beurre et au Riesling ;
  • le rheinischer Sauerbraten[42] ;
  • le Himmel un Ääd[42] ;
  • le Flönz (de), dit aussi Kölscher Kaviar, un boudin noir de Rhénanie[42] ;
  • le Halve Hahn (de), un pain Röggelchen (en) avec fromage et assaisonnement[44],[42] ;
  • le Krüstchen (de), une escalope surmontée d'un œuf au plat sur une tranche de pain de seigle ou de pain grillé, souvent accompagnée de pommes de terre, salade, frites ou pommes de terre rôties ;
  • le Eisbein, un jarret de porc ;
  • le Rievkooche, une variante de galette de pommes de terre connue aussi comme Kartoffelpuffer ;
  • le Lahmacun, un plat de la cuisine levantine qui s'est popularisé à Cologne[42] ;
  • la Mutze (de), une pâtisserie frite fine, avec sa variante pâte brisée aux amandes, Mutzenmandel ;
  • le Muuzemändelcher, une petite pâtisserie frite en forme d'amande, consommée à la Saint Syvlvestre et au Carnaval[42] ;
  • le Krapfen (de), beignet sucré, frit ;
  • le sirop de betterave sucrière est étalé sur du pain, à la manière d'une confiture.
Vue aérienne de l'Université allemande du sport de Cologne.

La ville dispose du RheinEnergieStadion et de la Lanxess Arena, l'une des plus grandes salles polyvalentes d'Europe où se déroulent des matchs de hockey sur glace, de handball et de basket-ball. Par ailleurs, Cologne dispose d'une piste pour cyclisme sur piste, une piste de courses de chevaux, d'une installation pour régates, et d'un nombre d'infrastructures qui en font un lieu régulier d'événements sportifs internationaux en Allemagne.

L'Université allemande du sport de Cologne (DSHS, Spoho) est la seule institution de ce genre en Allemagne. Elle accueille 5 800 étudiants de 59 pays[45]. Elle dispose de 19 instituts scientifiques d'enseignement et de recherche, dispense des formations de type Bachelor et Master, et décerne des diplômes de doctorat et de post-doctorat.

En cyclisme, la ville est renommée pour son Tour de Cologne (Rund um Köln), une des plus anciennes compétitions cyclistes allemandes, qui est disputée annuellement depuis 1910 sur une distance d'environ 200 km.

Le Marathon de Cologne est organisé depuis 1997, il a lieu généralement au mois d'octobre.

Hockey sur glace

Le RheinEnergieStadion, d'une capacité de 50 000 places.

Du 5 au 21 mai 2017, la ville accueille avec Paris le Championnat du monde de hockey sur glace. L'histoire des Kölner Haie remonte à 1972. Il est l'un des clubs fondateurs de la Ligue allemande de hockey sur glace (DEL) en 1994. Le club a été huit fois champion d'Allemagne (Deutscher Meister).

Football

Le 1. FC Cologne est avec plus de 105 000 membres[46] le plus grand club sportif de Cologne et le sixième d'Allemagne. Membre fondateur de la Bundesliga, il a été trois fois champion d'Allemagne, quatre fois vainqueur de la Coupe DFB, a atteint la finale de la Coupe UEFA 1986 et a été huit fois en demi-finale de Coupe d'Europe.

Le SC Fortuna Cologne est un club de football et aussi de handball. En football, il est le plus titré de la métropole rhénane après le 1. FC Köln. Il a connu une saison en Bundesliga 1973-74, puis est resté en deuxième division durant plus de 25 ans. Après cinq ans de 3e division, il est relégué en 2019 en Regionalliga Ouest.

Le FC Viktoria Köln est plus récent, il est né en 2010 de la faillite du SCB Viktoria Köln. Son lieu d'entraînement est le Sportpark Höhenberg. L'équipe masculine accède en 2019 à la 3. Liga.

La Lanxess Arena, l'antre des Kölner Haie.
Südstadion.
Club Sport Fondé en Ligue Stade Entraîneur
1. FC Cologne Football 1948 1. Bundesliga (D1) RheinEnergieStadion Markus Gisdol
Fortuna Cologne Football 1948 Regionalliga Ouest (D4) Südstadion Alexander Ende
Viktoria Cologne Football 1994 3. Liga (D3) Sportpark Höhenberg Olaf Janßen
Kölner Haie Hockey sur glace 1972 DEL (D1) Lanxess Arena Uwe Krupp
Falcons de Cologne Football américain 1995 Regionalliga NRW (D3) Sportpark Müngersdorf Javan Lenhart
Crocodiles de Cologne Football américain 1980 GFL Nord (D1) Sportpark Höhenberg Patrick Köpper
RSV Köln Rugby à XV 1951 1. Bundesliga (éq. fém.) - 2. Bundesliga (éq. masc.) (D2) Rugby-Park Köln Morne Laubscher (éq. fém.) - Eric Daniel (éq. masc.)
SC Colonia 06 Boxe 1906 50 membre sur 500 dans divers championnats Box Gym Müngersdorf, RheinEnergieStadion 8 formateurs licenciés

Zoo, jardins et parcs

Le jardin botanique Flora.

Le zoo de Cologne, ouvert en 1860, a une superficie de 20 hectares et abrite 10 000 animaux de 750 espèces animales[47]. De nombreuses naissances d'éléphants en 2006 et 2007 ont mené à l'installation du Parc des éléphants comprenant 20 éléphants asiatiques.

Une réserve animalière avec des daims et des chevreuils se trouve dans le Kölner Stadtwald (de), un grand parc à l'ouest de Cologne. Cette zone de loisirs locale populaire sur la rive gauche du Rhin comporte forêt, prairies, étangs et canaux, et offre au public des terrains de jeux et un vaste réseau de sentiers de promenade.

Le jardin botanique, situé dans le quartier de Riehl, est dénommé Flora. Sur 11 hectares, il présente plus de 10 000 espèces de plantes indigènes et exotiques à l'extérieur et dans les serres. À Rodenkirchen, au sud, se trouve également sur 25 hectares le jardin botanique forestier (de).

Milieu naturel

Worringer Bruch.

La ville comprend de vastes espaces verts classés comme parcs de la zone urbaine, et des forêts principalement à la périphérie. Il existe 22 réserves naturelles (Naturschutzgebiete)[48]. Le Worringer Bruch, situé dans l'extrême nord de Cologne sur la rive gauche du Rhin, est une très ancienne zone de marécages, vieille de 8 000 ans, et un ancien méandre du Rhin aujourd'hui ensablé, encore identifiable à sa forme en U. On y rencontre des espèces animales et végétales rares et un paysage caractéristique de prairies, forêts et zones humides[49]. Sur la rive droite du Rhin, on trouve principalement des paysages de forêt ouverte et de landes comme le Wahner Heide, la réserve naturelle de Königsforst et la forêt de Dünnwald. Selon l'enquête de superficie de 2016, Cologne a 5 406 hectares de superficie forestière, ce qui correspond à 13,3% de la zone urbaine[50].

Konrad Adenauer, maire de Cologne et premier Chancelier fédéral de la R.F.A., acteur majeur de la reconstruction de l'Allemagne et de la construction européenne.

Cologne est l'une des six villes européennes qui ont créé pour la première fois un « jumelage en cercle » (Ringpartnerschaft) en 1958. Cet acte, qui a lieu immédiatement après la création de la Communauté économique européenne, avait pour but de soutenir la cohésion européenne en concluant un partenariat avec chacun des autres États membres. Le jumelage initial de 1958 fut signé par Liège, Esch-sur-Alzette, Turin, et Rotterdam[51]. En 1993, le partenariat entre les villes de Cologne, Turin, Liège, Esch-sur-Alzette, Rotterdam et Lille a été réaffirmé[52].

Other Languages

Copyright