Discussion:Laguiole (fromage)

contrairement a ce que vous indiquez il y a actuellement trois fabricants de laguiole.Il y a deux producteurs fermier:Mr maynier (la borie 12 Saint Amants des Cots) et Mr FAGEGALTIER (Brenac 12420 Graissac) et la cooperative jeune montagne.Merci de rectifier votre article. 82.125.41.123 24 juillet 2006 à 15:45 (CEST)[répondre]

Oubli réparé ?

L'affirmation selon laquelle il parlait du Laguiole dans son Histoire naturelle me semble plutôt inexacte (bien que possible). Roquefort et Pélardon peuvent prétendre au même titre. Il vaudrait mieux en faire état comme d'une hypothèse ainsi que cela a été fait (et sourcé) dans Pélardon#Histoire. Bon courage ! Ancalagon (d) 9 février 2010 à 09:11 (CET)[répondre]

Vu et reformulé. Merci. Cdlt, --PANDA 81 je t'écoutes 13 février 2010 à 17:47 (CET)[répondre]

Je ne suis certainement pas le seul à l'avoir remarqué mais depuis un ou deux mois, travaille sur cet article un mystérieux contributeur identifié par une adresse IP changeante et qui effectue un travail tout à fait remarquable. Aussi, je l'invite à créer un compte afin de faciliter les échanges et je l'encourage aussi à présenter l'article au vote pour l'octroi du label BA voire AdQ car on a désormais atteint ce niveau.--Jmp48 (discuter) 18 septembre 2013 à 14:29 (CEST)[répondre]

Bonjour, et merci tout d'abord pour vos contributions à l'article. Je vous remercie également pour votre proposition de soumission au label, mais celle ci est en fait prématurée. J'ai en effet commandé auprès de mon libraire au mois d'octobre la réédition de l'ouvrage d'Eugène Marre, référence incontournable, notamment pour la partie relative au XIXe siècle, et suis toujours dans l'attente de sa réception afin de compléter l'article. Cette réception devrait normalement intervenir ces jours prochains. En ce qui concerne le lien pour le terme "typicité" que vous venez de proposer, celui ci ne convient pas. J'avais également déjà envisagé sa possibilité, mais il est en fait nécessaire de créer une page "typicité" donnant la définition exacte de ce nouveau terme technique se rapportant uniquement au vin et au fromage. Je n'ai pas encore eu le temps de me pencher suffisamment en détail sur ce sujet donnant lieu à d'importantes controverses au sein du monde viticole, pour être en mesure de proposer un article complet. Cordialement--Jesmade (discuter) 23 novembre 2013 à 18:22 (CET)[répondre]
J’ai pris bonne note de vos arguments. Cependant je pense que cet article peut être présenté au label de qualité BA (Bon Article [étoile argent]). En effet, il respecte les critères de fond et de forme recommandés pour ce niveau. Vous nous informez que la partie concernant le XIXe siècle peut être améliorée. Toutefois dans les imperfections tolérées pour un bon article, il y a, je cite, « l'absence de traitement complet de certains aspects du sujet ». Les articles de Wikipédia sont toujours perfectibles et le complément que vous comptez apporter sera certainement l’occasion de promouvoir cet article au label AdQ (Article de Qualité [étoile or]), si toutefois il obtient aujourd’hui le label BA.
Célestin Moreau (discuter) 30 novembre 2013 à 13:20 (CET)[répondre]

La référence 25 (↑ a, b et c Le laguiole, un fromage fermier retrouve ses origines fermières après un sauvetage coopératif [archive] sur le site docs.google.com, consulté le 11 février 2010.) n'est pas fonctionnelle.

Pour expliquer l'interdit de l'ensilage de maïs plante entière, il me semble que le risque de contamination par des spores de germes anaérobies (Clostridium butyricum en particulier) est plus important, surtout pour des productions fromagères avec du lait cru, dans les conditions locales de production, que l'accroissement du taux butyreux permis par cet ensilage

Je pense qu'André Valadier devrait avoir un article dans Wikipedia . Un tel article devrait illustrer la dynamique humaine qui a présidé à la renaissance du fromage de Laguiole et il accroîtrait en même temps la dimension socioéconomique de l'article sur le fromage. .--Roland Darré (discuter) 22 novembre 2013 à 16:41 (CET)[répondre]

Bonjour et merci pour vos remarques et corrections. Je vais en effet revisiter le risque de contamination par les spores de Clostridium pour expliquer l'interdiction de l'ensilage de maïs. J'avais remarqué que les liens indiqués n'étaient pas fonctionnels (ils ont été introduits précédemment à mon travail sur l'article), mais je n'ai pas encore pris le temps de les modifier. Je suis également tout à fait d'accord avec vous pour l'article sur André Valadier. Ce travail mériterait beaucoup d'investissement, compte tenu de la richesse de sa biographie...--Jesmade (discuter) 23 novembre 2013 à 18:46 (CET)[répondre]

Je viens de relire le premier quart de la page; j'ai modifié quelques détails sans réelle importance.

Une chose m'a paru ambiguë, je l'ai rectifié :

  • cette phrase laisse croire qu'il y a du sang charolais dans la race aubrac actuelle « La race bovine aubrac est réorientée vers la production bouchère par croisement avec des taureaux charolais »
  • nouvelle version (je n'en suis presque pas content car encore un peu vague): « La race bovine aubrac est réorientée vers la production bouchère grâce à des taureaux charolais ».

--LAGRIC (discuter) 22 novembre 2013 à 22:34 (CET)[répondre]

Bonsoir, Merci pour vos contributions à l'article et pardonnez cette réponse décalée dans le temps par rapport à la reprise de vos corrections, il ne s'agit que d'une question d'emploi du temps... Après relecture attentive, j'ai maintenu la majorité de vos propositions et en ait oté 2 ou 3 me paraissant redondantes (Aveyron « en France » par exemple, alors que dans la même phrase il est déjà indiqué que le fromage de Laguiole est une appellation française), ainsi que celles introduisant une modification du sens du texte (j'ai par exemple remplacé votre proposition « agriculteur-producteur », précisant le terme producteur, par éleveur-producteur, plus juste). En ce qui concerne les croisements avec des taureaux charolais, il n'y a pourtant aucune ambiguïté, des croisements destinés à "améliorer" les qualités bouchères de la vache aubrac ont bien eu lieu...--Jesmade (discuter) 24 novembre 2013 à 00:34 (CET)[répondre]

La race aubrac et le taureau charolais

Bonjour, j'ai lu la discussion qui précède sur l'aubrac et le charolais dans laquelle je crois utile d'intervenir pour lever l’ambiguïté, s'il y en a une. La race charolaise, principalement, mais aussi la limousine, la blonde d'Aquitaine (moins), sont toujours utilisées en croisement avec la race aubrac, dans certains élevages, comme elles le sont ou peuvent l'être avec la salers, la gasconne etc., mais en croisement de première génération (appellation particulière utilisée en zootechnie) pour fournir des broutards (aussi appelés maigres) vendus à 6 à 7 mois qui poursuivront leur croissance jusqu'à 15 mois en moyennne, dans des ateliers d'engraissement spécialisés, en Italie principalement (avec des rations ensilage de maïs, tourteaux). Donc, ces croisements n'interviennent pas dans le renouvellement de la race dont la sélection est maintenue en race pure sans recours à un croisement quel qu’il soit ( encore que dans le passé la parthenaise ait pu infuser un peu l'aubrac pour augmenter son format, mais elle améliorait aussi la composition du lait, mais c'est du passé).

Le seul risque de ces croisements entre races dites rustiques et races à viande spécialisées est de réduire la base de sélection de la race rustique en limitant le nombre de vaches destinées au renouvellement en race pure.

Excusez ces détails qui sentent l'enseignant de zootechnie, vous les connaissiez sans doute déjà mais j'ai préféré les rappeler pour être clair sur ce sujet.--Roland Darré (discuter) 24 novembre 2013 à 09:08 (CET)[répondre]

@Jesmade, En ce qui concerne les croisements avec des taureaux charolais, il n'y a pourtant aucune ambiguïté, des croisements destinés à "améliorer" les qualités bouchères de la vache aubrac ont bien eu lieu... : c'est une nouvelle d'importance car je l'interprète comme affirmant que la race aubrac a dorénavant des gènes provenant de races charolaises, limousine, etc.... Je suis au fait des croisements avec des taureaux de races bouchères pour le marché broutard à destination de l'Italie notamment mais uniquement en première génération (comme l'indique ci-avant et très à propos Roland Darré) , pas pour engendrer des géniteurs. Donc si c'est vrai, je pense qu'il va falloir au moins une référence. Si vous n'avez pas trop le temps, je m'y attèlerai pour rendre service à cette page. --LAGRIC (discuter) 24 novembre 2013 à 10:18 (CET).[répondre]
@Roland Darré, c'est juste, à propos et pas rasoir du tout. Ça correspond à ce que je sais de l'exploitation agricole moderne de cette race (mais on ne sais pas tout, heureusement; la suite de ce débat va nous enrichir...). --LAGRIC (discuter) 24 novembre 2013 à 10:18 (CET).[répondre]
+1 ici pour les croisements dans la production de géniteurs initié durant « les trente glorieuses ». Le pire, c'est, qu'à l'époque, on a dû me l'enseigner au lycée agricole. Je devais roupillerÉmoticône Facepalm !+. --LAGRIC (discuter) 24 novembre 2013 à 11:08 (CET).[répondre]

On peut également ajouter qu'au début des années 1960, des menaces sur la souche-mère de la race aubrac dues à des croisements à vocation bouchère mal contrôlés ont conduit le herd-book à prendre à la fin des années 1960/début des années 1970 des mesures pour sauvegarder le cheptel aubrac de pure race. Ces mesures prendront effet notamment dans le cadre de la création de l'Union Aubrac, unité de sélection et de promotion (voir ici)--Jesmade (discuter) 25 novembre 2013 à 15:00 (CET)[répondre]

Je n'ai pas su voir dans l'article les informations suivantes que je me suis fait confirmer aujourd'hui au SISQA à Toulouse sur le stand de la Coop Jeune Montagne :

1) Les parts respectives de la coop Jeune Montagne et des trois producteurs fermiers en vente directe (mentionnés par le Syndicat de défense et de promotion du fromage de Laguiole AOP) :

  • Coop Jeune Montagne : 95 %
  • Producteurs fermiers : 5 % (EARL de la Borie Haute à St Amand des Côts, Fabegaltier Benoît à Graissac, GAEC du Roucadel à Laguiole)

2) Les types ou qualités de fromages commercialisés par le coopérative :

  • Le Laguiole affiné 4 mois
  • Le Laguiole affiné 6 mois
  • Le Laguiole affiné 12 à 18 mois
  • Le Laguiole Grand Aubrac (lait d'herbage) affiné au moins 7 mois

Ils sont énumérés sur une affiche visible sur une des photos que j'ai mises dans Commons, photo "Laguiole SISQA 2013 1.JPG " en l'agrandissant.

Je les ai tous dégustés : excellents !

--Roland Darré (discuter) 12 décembre 2013 à 19:19 (CET)[répondre]

Bonjour Rolland Darré. Merci pour votre participation! Je n'avais pas le GAEC du Roucadel dans la liste des producteurs fermiers et après recherche, ce dernier a démarré la production récemment. J'ajoute cette information dans l'article. J'ai en revanche un doute sur les parts annoncées. Ayant eu accès aux chiffres de production des producteurs fermiers (hors GAEC du Roucadel), ces derniers représentent une part très inférieure. Le nouveau producteur est-il un opérateur très important? Je vais approfondir la question... En ce qui concerne les catégories commercialisées par la coopérative, ces dernières sont mentionnées dans le paragraphe « production et commercialisation »; J'y adjoins les précisions manquantes. Cordialement--Jesmade (discuter) 16 décembre 2013 à 12:55 (CET)[répondre]

Other Languages

Copyright