Niccolò de Recco

Niccolò de Recco ou Nicoloso da Recco en italien, (Gênes, 1327 – Gênes, 1364) est un navigateur et explorateur génois du XIVe siècle, issu d'une famille provenant de la ville de Recco[1]. Peu d'informations biographiques sont disponibles, comme pour son compatriote et contemporain Lancelot Maloisel (Lanzarotto Malocello en italien).

Boccace rend compte dans un texte latin : De Canaria et insulis reliquis ultra Ispaniam in Oceano noviter repertis du voyage fait en 1341 par Niccolò de Recco vers les Îles Canaries, pour le compte d'Alphonse IV[2] ; son texte comporte des notation d'un grand intérêt anthropologique sur les Guanches, populations primitives de ces iles, sur leur vêtement, leur langue, leurs usages alimentaires, leur hiérarchie.

Son nom a été donné à un destroyer de la marine royale italienne, qui a opéré durant la seconde guerre mondiale et au navire "cargo-liner" de la Compagnie "Italia" (Navigazione S.p.A.) au début des années 1970 . Un lycée scientifique et linguistique dans la ville de Recco porte son nom. Des rues portent son nom à Pegli, à Lecce, à Marina di Campo, à Civitavecchia, à Limena, à Cesenatico, à Recco, à Rome et à Catanzaro Lido.

  • Nathalie Bouloux et Odile Redon, « Boccace, « de Canarie et d'autres îles nouvellement découvertes dans l'Océan, au large de l'Espagne »1 », Médiévales, no 47,‎ , p. 9–16 (ISSN 0751-2708 et 1777-5892, DOI 10.4000/medievales.1598, lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  • Giovanni Boccaccio, Zibaldone Magliabechiano, Florence, Biblioteca Nazionale, mss II.II., 327 Chercheurs., cl.XXII, no. 122.
  • Massimo Scaligero-Niccoloso de Recco: la navigation de l'atlantique(c. Luca M. Olivieri).Rome,Tilopa,2003
  • Nicola Taylor. Les explorateurs - puis le contre-torpilleur - classe "Surfeurs", "les Marins de l'Italie", 2007, 12, 17-32.
  • Costantini, Aldo Maria, Études sur le Zibaldone magliabechiano, "Études sur Boccace", X, 1977-1978, pp. 255-275. Les FOURS à 1996: Fours

Copyright