Osaka

Ōsaka-shi
大阪市
Osaka
Le château d'Osaka et le quartier d'affaires.
Drapeau de Ōsaka-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kansai
Préfecture Osaka
Code postal 〒530-8201
Démographie
Population 2 736 134 hab. (juin 2019)
Densité 12 308 hab./km2
Géographie
Coordonnées 34° 41′ 37″ nord, 135° 30′ 07″ est
Superficie 22 230 ha = 222,30 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Osaka
Voir sur la carte administrative de Préfecture d'Osaka
City locator 12.svg
Ōsaka-shi
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 12.svg
Ōsaka-shi
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte topographique du Japon2
City locator 12.svg
Ōsaka-shi
Liens
Site web http://www.city.osaka.lg.jp/index.html
La baie d'Osaka.

Osaka ou Ōsaka (大阪市, Ōsaka-shi?, prononcé /oː.sa.ka.ɕi/) est la troisième plus grande municipalité du Japon et le centre de la conurbation du Keihanshin (Kyoto-Kobe-Osaka), deuxième aire métropolitaine du pays tant en nombre d'habitants qu’en PIB[1]. La ville est également le chef-lieu de la préfecture du même nom. Elle est située sur l'île de Honshū (本州?), l'île principale du Japon sur laquelle se trouve également Tokyo, au bord de l'océan Pacifique, plus précisément dans la baie d'Osaka.

Ōsaka (?) veut dire littéralement « grande pente ».

La fondation de la ville remonterait au IIIe siècle. Son port joue un rôle fondamental dans son développement et lui permet de nouer des contacts avec la Corée et la Chine. C'est de cette époque que datent les kofun, d'impressionnantes structures funéraires.

Tournée vers le commerce et l'industrie, Osaka est aussi devenue grâce à l'empereur Tenji, sous son ancien nom de Naniwa (難波 / 浪華 / 浪花?), la capitale de l'empire entre le milieu du VIIe et le milieu du VIIIe siècle[2]. On construit à cette période le premier temple bouddhiste du Japon, le Shi Tennō-ji.

Un autre événement essentiel dans l'histoire d'Osaka a été la décision prise par Toyotomi Hideyoshi d'y construire un imposant château, Ōsaka-jō, en 1583. Cela attira de nombreux négociants.

Bien qu'elle ait souffert lors des sièges de 1614 et 1615, Osaka retrouva la prospérité et, lors de la période Edo, était parfois surnommée « le garde-manger de la nation » (天下の台所, tenka no daidokoro?) à cause de son rôle central dans le commerce du riz. Outre son économie florissante, la ville était un centre culturel qui vit se développer, par exemple, le bunraku (théâtre de marionnettes) et le kabuki ainsi qu'un lieu de savoir et d'éducation, en particulier dans le domaine de la médecine[3].

A l'époque Edo, l'univers des Maisons vertes était très important dans la peinture des ukiyo-e. A Osaka, ces lieux de prostitution étaient installés à partir de 1624 dans le quartier Shinmachi ("la nouvelle ville"). Tolérés par le shogunat, ces quartiers sont reconnus par des licences gouvernementales et constituent de véritables enclaves dans lesquels les distinctions sociales qui régissent la vie ordinaire n'ont plus cours. Les théâtres kabuki étaient généralement installés au sein de ces quartiers et au début les actrices étaient des femmes prostituées[4].

Au début du XXe siècle, Osaka était devenu un important centre industriel.

La ville a été profondément affectée par les bombardements américains de la Seconde Guerre mondiale. Les effets d'une reconstruction rapide et désordonnée se font encore sentir aujourd'hui sur son urbanisme.

Des années 1950 aux années 1970, la région a été la proie d'une pollution industrielle intense. Par exemple, l'année 1960, on a enregistré 156 jours de brouillard polluant. Depuis, Osaka est devenue pionnière au Japon en matière de politiques environnementales[5].

Osaka a accueilli l'Exposition horticole de 1990. Suita, dans sa préfecture, a été le siège de l'Exposition universelle de 1970.

En 2000, la population d'Osaka le jour représentait 141 % de sa population la nuit, les travailleurs rentrant le soir chez eux, dans les autres villes de la préfecture. Ce rapport de proportion s'élevait à 947,3 % dans l'arrondissement Chūō[6].

En 2016, 140 000 habitants d'Osaka reçoivent une aide sociale[7].

Osaka est située sur l'île de Honshū (本州 / 本土?), au bord de l'océan Pacifique, plus précisément dans la baie d'Osaka. Elle est traversée par plusieurs rivières dont la principale est la Yodo-gawa.

Arrondissements

Carte des arrondissements de la ville d'Osaka.

Osaka est subdivisée en 24 arrondissements (ku) :

Aéroports

Trains

La ville est desservie par :

Métro

  • Le métro d'Osaka, avec 9 lignes, inauguré en 1933, compte 129,9 kilomètres de voies. Depuis le , l'ensemble de l'activité a été transféré à la compagnie privée Osaka Metro.

Tramway

La compagnie Hankai Tramway opère deux lignes de tramway au sud d'Osaka.

Bus

  • Jusqu'au , la ville disposait de bus municipaux. À partir du , l'ensemble de l'activité a été transféré à la compagnie privée Osaka City Bus (大阪シティバス, Ōsaka shiti basu?). D'autres compagnies privées circulent à l'intérieur de la ville : Hankyu Bus, Hanshin Bus, Keihan Bus, Kintetsu Bus, Nankai Bus et Hokkoh Kanko Bus.

Quelques sites intéressants ou célèbres :

Musées

Sport

Le Kyocera Dome Osaka, stade dans lequel évoluent les clubs des Orix Buffaloes et Hanshin Tigers.

Osaka abrite trois clubs sportifs professionnels de renommée nationale. L'un d'eux est le Orix Buffaloes. C'est une équipe japonaise de baseball qui évolue au Kyocera Dome Osaka pour ses matchs à domicile. La ville possède un autre club de baseball, les Hanshin Tigers, qui joue une partie de ses matchs à domicile au Kyocera Dome Osaka et l'autre au Koshien Stadium.

Osaka compte également un club de football, le Cerezo Osaka évoluant au Nagai Stadium, ainsi qu'un club de futsal le club de Shriker Osaka qui évolue en première division pour la saison 2015-2016[9]. Le basket-ball est représenté par le club de Osaka Evessa fondé en 2004. On y trouve aussi du rugby à XV: les NTT Docomo Red Hurricanes évoluent en première division.

La ville accueille en outre régulièrement différents événements sportifs. L'un des six tournois de sumo professionnel a lieu chaque année au gymnase préfectoral d'Osaka. Le Marathon international féminin d'Osaka se déroule quant à lui tous les ans en janvier.

Enseignement supérieur

Bibliothèques

  • Bibliothèque préfectorale de Nakano-shima
  • Bibliothèque centrale d'Osaka

Le PIB dans la région du Keihanshin (Osaka, Kyoto et Kobe) est de 240 milliards d'euros, en faisant une des régions les plus productives du monde.

Principales entreprises d'Osaka

Personnes célèbres nées à Osaka

Personnes célèbres décédées à Osaka

En 2016, la ville d'Osaka est officiellement jumelée avec huit grandes villes d'envergure internationale[10],[11] :

En , la municipalité américaine de San Francisco fait installer, dans un parc du quartier asiatique de la ville, un monument en mémoire des « femmes de réconfort », esclaves sexuelles coréennes, chinoises, philippines ou néerlandaises de l'Armée impériale japonaise du début des années 1930 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un an plus tard, Hirofumi Yoshimura, maire d'Osaka, met fin au jumelage soixantenaire entre les deux villes, afin d'affirmer officiellement l'opposition de la ville (et du gouvernement japonais) à l'érection du monument aux femmes de réconfort[20],[21].

Other Languages

Copyright