Overdose

Une overdose ou surdose[1],[2],[3], accidentelle ou non, d'un produit quelconque en quantité supérieure à la dose limite supportable par l'organisme, ce qui en modifie l'homéostasie en provoquant des symptômes divers pouvant aller, dans les cas extrêmes, jusqu'à la mort du sujet.

L'usage des termes « surdose » ou « overdose » sous-entend qu'il existe un dosage sûr[réf. nécessaire], c'est pourquoi ce terme fait le plus souvent référence aux médicaments ou aux drogues, non aux poisons, même si une surdose peut être envisagée comme un empoisonnement.[style à revoir]

On parle de surdose dans le cas de prise de médicaments (souvent à la suite d'une lecture erronée de la notice), de produits stupéfiants, mais aussi en cas d'ingestion d'alcool ou de tout aliment pouvant avoir un effet toxique.

La surdose peut se manifester de plusieurs façons, elle commence systématiquement par des troubles de la conscience pouvant s'étendre jusqu'au coma[4]. D'autres symptômes du début d'une surdose sont la somnolence, la pâleur, l’absence de réactions, des tremblements, des sueurs, des nausées, la production de sons divers incontrôlés[5].

Les symptômes peuvent prendre différentes formes :

Le diagnostic est généralement net si le produit est connu, mais se révèle plus difficile si la personne ne peut ou ne veut pas dire de quelle substance il s'agit. Les symptômes ou une analyse sanguine aident souvent au diagnostic.[réf. nécessaire]

Il existe quelques rares cas de surdose de drogue visant intentionnellement le suicide. Mais il convient de souligner que nombre de surdoses de drogue sont des empoisonnements dus à des mélanges entre produits ayant les mêmes effets et qui vont donc se renforcer dans leur action.

Les surdoses de drogue surviennent souvent à la suite de périodes d'abstinence ou dans les polytoxicomanies (où les effets des produits se renforcent).

En France

En France, les décès par surdoses constatés par la police sur une année sont en baisse sur une période longue[réf. nécessaire], passant de 564 en 1994 à 92 en 2006. Ils sont stabilisés[réf. nécessaire] depuis 2002. Les données fournies par le dispositif DRAMES-AFSSAPS donnent des chiffres supérieurs (168 décès en 2006).

En 2003, sur la totalité des morts par overdose, 39 % étaient dues à l'héroïne, 31 % à la consommation de médicaments, 11 % à la cocaïne et 10 % à l'ecstasy. On note une hausse des décès dus à la surdose d'héroïne depuis 2005[6].

En Suisse

En Suisse, les décès des jeunes suite à une surdose de drogue ont fortement diminué de 1995 à 2015, passant de 202 à 25 cas[7].

Aux États-Unis

Morts par overdose pour 100 000 habitants par État
  • 6.9–11
  • 11.1–13.5
  • 13.6–16.0
  • 16.1–18.5
  • 18.6–21.0
  • 21.1–52.0

En 2017, près de 70 000 Américains sont morts d'overdoses de drogues, soit 10 % de plus qu'en 2016, les non-opiacés (cocaïne, méthamphétamine, MDMA...) étant responsables de 27 000 morts environ, les opiacés (héroïne, morphine et produits « semi-synthétiques ») du reste. Ces morts par overdose constituent le facteur explicatif principal à la diminution de l'espérance de vie observée aux États-Unis entre 2017 et 2014[8].

Copyright